Skip to content
VM Samael Aun Weor: Gnose et Gnosticisme Prophéties Anthropologie Gnostique Psychologie Kabbale Alchimie Astrologie Tarot Méditation Symbols
Les gens confondent le plaisir avec le bonheur
La Gnose | VOPUS arrow Anthropologie Gnostique arrow LE POPOL VUH (Le Livre du Conseil)

LE POPOL VUH (Le Livre du Conseil)

Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Éditeur VOPUS   

Le Popol Vuh, le «Livre du Conseil», est un joyau de la littérature Maya, dans lequel sont exposées des valeurs extraordinairement mystiques, philosophiques, artistiques et profondément scientifiques.

Les Mayas, une véritable civilisation prodigieuse descendant des Atlantes, éduquèrent le Monde.

LE POPOL VUH (Le Livre du Conseil)

Nous n’oublierons jamais cette phrase célèbre du langage rituel Maya disant littéralement : “HELI LAMAH ZABAC TANI” et que les quatre évangélistes interprétèrent ésotériquement de quatre façons différentes.

Il est extraordinaire que le Grand KABIR Jésus ait prononcé cette phrase, au sommet du majestueux Calvaire. “Je m’absorbe maintenant dans l’aube éternelle de ta présence” ; indubitablement, son langage était Maya.

Indiscutablement, le Grand Hiérophante Jésus apprit le Naga et le Maya au TIBET Oriental, et ceci a été démontré.

Dans le Monastère Sacré de LHASSA au Tibet, existe encore aujourd’hui un livre où il est écrit textuellement : “Jésus se convertit en le Maître le plus salutaire qui ait existé sur la Terre”.

LE POPOL VUH (Le Livre du Conseil)

Un Sage écrivain a dit :

Il est établi historiquement que la SCIENCE-RELIGION que le Christ a connue en Égypte, en Inde et au Tibet, était Maya.

Il existait un profond Occultisme Maya, connu sans aucun doute par le Christ qui a choisi ses symboles (Mayas) comme support de ses idées d'amour fécondant.

Il n’est plus possible d’imputer au hasard son choix de la Croix Maya, de la Trinité et des Douze Apôtres et bien d’autres symboles, pour servir de support à l’immense signification scientifico-religieuse de sa prédication.

Il est ostensible que les Mayas-Atlantes divulguèrent leur Sage Religion en Amérique centrale. Nul doute qu’ils aient colonisé le Tibet, la Babylonie, la Grèce, l’Inde, etc. Indubitablement, le langage rituel du KABIR Jésus fut Maya...(La Doctrine Secrète de l’Anahuac, Chap. 7: L’Atlantide).

L’investigateur qui lit au-delà des mots et extrait intuitivement le contenu enfermé dans ces propos trouvera des techniques précises pour la dissolution des Seigneurs de Xibalbá, qui selon les Mayas sont les Ennemis de l’Homme, ceux qui produisent des maladies et la Mort. Vive représentation des agrégats psychologiques que nous portons intérieurement: la Luxure, l’Orgueil, la Paresse, la Gourmandise, l’Envie, la Convoitise, la Colère, etc.

Xibalbá se traduit précisément par «démon», c’est donc le récit des “Magiciens”, un Puits de Sagesse pour ceux qui cherchent à se Perfectionner. En lui se trouve la didactique concrète pour l’élimination de ces facteurs indésirables qui précisément produisent la maladie et la mort.

Nous voyons, dans ce trésor merveilleux du Popol Vuh, des Principes Cosmiques extraordinaires, comme celui de la Mère Divine, la Jeune Ixquic (celle du sang), qui a conçu par œuvre de magie les jumeaux Divins Hunabpu (Suprême Maître Magicien) et Ixbalanqué (Petit Sorcier), qui à leur tour mirent en échec et donnèrent la mort aux Seigneurs de Xibalbá (nos défauts), et ainsi sauvèrent l’hérédité de leurs Pères, les seigneurs Ahpu, représentation des valeurs de l’Être.

KUKULCAN- L'aigle, symbole de la force créativité de Troisième Logos

L’épervier, symbole de la Force Créatrice du Troisième Logos. Hun Hunabpu, l’esprit de l’Homme. Le Jeu de Paume, symbole du travail avec l’Arcane A.Z.F., ou Sexualité Supérieure. La Trinité est connue comme Cakulha, Chipí Cakulhá, Raxá Cakulhá, et ceux-ci constituent le Cœur du Ciel. Avec grande sagesse le V.M. Samael Aun Weor nous dit:

Dans le domaine de l’Esprit, le Un est le Père qui est en Secret, le Deux est la Mère Divine, qui est le dédoublement du Père. Le Livre Sacré des Mayas, Le Popol Vuh, dit que Dieu créa d’abord l’homme de boue, et ensuite de bois (la race Atlante), mais que les hommes oublièrent leurs «Pères et Mères», qu’ils oublièrent le «Cœur du Ciel», puis vint un grand déluge et tous périrent, ils se réfugiaient dans des cavernes, mais celles-ci s’effondraient (allusion à la submersion de l’Atlantide). Ainsi donc, chacun possède son Père et sa Mère Divine qui sont très sacrés.

Dans le Père et la Mère Kundalini, nous voyons les deux colonnes Jakin et Bohaz, celles qui soutiennent le Temple.

...En faisant une analyse plus profonde, on découvre un aspect très intéressant, le nombre 1, c'est le Père qui est en secret, la Monade, et de Lui naît la Mère Divine Kundalini, la Duade ; celle-ci se divise à son tour en le nombre 3 qui est Père, Mère et Fils, celui-ci étant l'Esprit Divin et Immortel de chaque être vivant, et les trois, Osiris le Père, Isis la Mère et Horus le Fils, en viennent à constituer ce que le Livre Sacré des Mayas, le Popol Vuh, appelle le « Cœur du Ciel ». (Tarot et Kabbale, Chap. 2 et 3).

Coatlicue

En outre, tout livre Sacré est aussi un Livre Cosmogénétique qui parle de l’Origine du Cosmos Infini avec une précision scientifique, qui est à la fois la science des Transmutations alchimiques sexuelles dans l’être humain. Á ce sujet, le fondateur du Mouvement Gnostique International nous dit:

J'ai les larmes aux yeux, j'ai le cœur serré d’avoir à parler de choses dont je ne devrais pas parler, parce que c'est comme jeter des perles aux cochons, mais la pauvre humanité souffrante en a besoin et je ressens l’inquiétude de dire quelque chose sur le SERPENT VOLANT.

L’OISEAU SERPENT

Dans le Popol Vuh des Mayas, l'Oiseau et le Serpent figurent comme Créateurs Sexuels de l'Univers. Tepeu et Cocumatz envoient un Épervier à l'immense océan de la grande vie, afin qu'il en ramène le Serpent, avec le merveilleux sang duquel ils pétrissent le maïs jaune et le maïs blanc. Le Popol Vuh dit que c'est avec cette pâte de maïs blanc et jaune, mêlé au sang du Serpent, que le Dieu Tzacol a formé la chair des êtres humains.

L'Oiseau représente l'Esprit Universel de Vie. Le Serpent représente le Feu Sexuel du Troisième Logos. Le sang du Serpent indique les eaux de la Genèse, le Grand Sperme Universel, l'Ens Seminis ou Sémen Christonique, dans les eaux duquel se trouve le germe de toute vie. Ces eaux sont le sang de la terre, selon la philosophie Maya. La déesse Coatlicue est la Mère de la Vie et de la Mort (l'Ens Seminis).

Réellement, le Feu Sexuel du Troisième Logos rend fécondes les Eaux de la Vie pour que surgisse l'Univers.

Dans la Théogonie Maya, deux Dieux interviennent dans la Création : un qui donne la vie et la forme à l'homme, et un autre qui lui donne la conscience. Le Troisième Logos rend fécondes les Eaux de la Vie, et lorsque celles-ci ont été fécondées, le Deuxième Logos intervient, en inspirant de la Conscience dans tous les organismes. Les véhicules d'action de toutes les Forces Logoïques sont les Dieux Ineffables.

L'épervier H.CH.UUY, l'ara « Mo », la buse X’Cen Cen Bac, le tapir Tzimink, Aax et le serpent « Can », sont les facteurs fondamentaux des mythes théogoniques Mayas. Ces symboles sont employés exotériquement et ésotériquement. Dans le domaine exotérique ou public, ils symbolisent les actions de la tribu, les événements historiques, etc. Quant à l'aspect ésotérique ou secret, la question est hautement scientifique, profondément philosophique, sublimement artistique et terriblement religieuse.

Chez les Mayas, le Paradis Terrestre est le Tamoanchan, le lieu Sacré de l'Oiseau-Serpent. Les Tamoanchans sont, de fait, les Initiés du Serpent. Le mythe des Tamoanchans est celui de l'Oiseau-Serpent ; les Tamoanchans descendent des Toltèques, Olmèques et Mayas. (Chap. 23. Le Serpent Volant. Le Mariage Parfait).

Le Popol Vuh est une véritable source inépuisable de Sagesse Gnostique, transmise durant longtemps de pères en fils (de Maître à disciple). Il nous reste seulement à dire avec le Chilam Balam de Chumayel, autre Joyau du peuple Maya :

« Ceux qui le savent viennent de notre grande lignée, les hommes mayas. Ceux-là sauront la signification de ce qu'il y a ici quand ils le liront. Et alors ils le verront et alors ils l'expliqueront et alors ils éclairciront les signes obscurs du katún… »

Calendrier Maya
POPOL VUH
AddThis Social Bookmark Button
 
< La Mythologie Nordique   La Table de Narmer >

Connaissance Universelle

Science
Art
Philosophie
Mystique/Religion