Skip to content
VM Samael Aun Weor: Gnose et Gnosticisme Prophéties Anthropologie Gnostique Psychologie Kabbale Alchimie Astrologie Tarot Méditation Symbols
L’extérieur est seulement le reflet de l’intérieur ; celui qui change intérieurement provoque un nouvel ordre de choses
La Gnose | VOPUS arrow Kabbale et la création de l’Homme arrow Science Kabbalistique de la création

Science Kabbalistique de la création

Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Éditeur VOPUS   
Science Cabalistique de la création - Le commencement du Jour Cosmique

Il est intéressant que la Gnose établisse la matière primordiale avec laquelle la Création est réalisée au sein même de cet Espace Abstrait Absolu. Cette matière, appelée gnostiquement “PRAKRITI“, en prenant une terminologie hindoue, serait, au commencement du Jour Cosmique, constituée de trois qualités spécifiques appelées GUNES. Le mot "GUNE" signifie justement ou s’interprète comme : “qualité primordiale de la matière chaotique ou primaire”..

Une Gune est Rajas, l'autre est la Gune Tamas et à côté des deux est la Gune Sattva. La Gune Rajasique marque le caractère de l'ACTION DE L'ÊTRE, la Gune Tamasique signifie le caractère de la NON ACTION DE L'ÊTRE et la Gune Sattvique indique l'ÉQUILIBRE DE L'ÊTRE.

1. Rajas - ACTION DE L'ÊTRE ; 2.Tamas - NON ACTION DE L'ÊTRE ; 3.Sattva- ÉQUILIBRE DE L'ÊTRE

Indubitablement, l'ÊTRE, pour les gnostiques, n'est pas une théorie philosophique, ni non plus un concept ; l'ÊTRE, gnostiquement parlant, doit être interprété comme l'Énergie Divine qui palpite à l'intérieur de l'Homme ; en d'autres mots, le PNEUMA ou l'Esprit Divin de tous les textes gnostiques antiques, et il possède une actualité et est présent dans tous les domaines de la vie de l'homme.

Lutter pour l'union avec son propre Etre

La Gnose contemporaine possède les méthodes et disciplines ésotériques au moyen desquelles il est possible que chaque homme et chaque femme arrivent à connaître sa vraie réalité intérieure, c'est-à-dire son Être Réel intérieur ; car cet ÊTRE, qui devient la Monade même dont Leibniz parlait, et qui, à cause de la doctrine de Pythagore (essentiellement gnostique) est restée dénommé MONADE PYTHAGORICIENNE, doit faire émaner à l'aurore de cette création primordiale ou Jour Cosmique, son Ame Humaine, qui devra descendre depuis les AEONS ou Dimensions Supérieures de l'Espace, jusqu'au monde terrestre ou monde matériel. Et une fois ici, elle devra lutter pour se relier avec cet Esprit Divin duquel elle a émané. Ce périple de l'Ame est ce que les gnostiques de nos jours appellent l’Autoréalisation intime de l'Être.

La Théologie Gnostique note fermement que l'âme de l'homme, l'âme des Anges, des Dieux et Déesses de l'univers, la structure des mondes, des galaxies, etc, a été et est formée de matière cosmique (Prakriti en langue hindoue), avec ses caractéristiques respectives signalées auparavant par les Gunes que nous achevons de décrire. Avant le commencement du Jour Cosmique ou du Maha-Manvantara, ces Gunes étaient équilibrées pour être en connexion avec la volonté du PANTOCRATOR ou Dieu engendreur.

Cependant, une fois la création initiée et l'apparition du Cosmos dans ce qui deviendrait lieu de vie dans ses manifestations distinctes séquentiellement réalisée, les Gunes ou caractéristiques de la matière chaotique ont commencé à être déséquilibrées à cause de l'éloignement même de la volonté suprême. À cause de cela, des lois et des lois ont été créées, pour régir ces ordres de mondes et tout ce qui en eux-mêmes a été engendré.

Ces Lois sont devenues, pour l’infortune de Pistis Sophia (Ame Humaine), des influences (positives et négatives) de divers caractère, et des barrières qui sont restées établies et qui deviennent pour cela comme des espaces à reconquérir et des épreuves à surpasser de la part de Pistis Sophia dans sa trajectoire initiatique. Indubitablement, une fois tombée en disgrâce, une fois prisonnière de toutes les Lois, Pistis Sophia porte les caractéristiques de sa propre matière cosmique totalement déséquilibrée.

1. Rajas - Action égoique ; 2. Tamas - Passivité égoique

De cette façon, la Gune Rajasique se transforme en action égoïque (au lieu de l'action de l'ÊTRE), la Gune Tamasique se convertit en la non action du moi ou égo animal (c'est-à-dire en paresse et répulsion envers l'action de l'ÊTRE), et la Gune Sattvique disparaît, et avec cela l'équilibre animique disparaît également. Ce désordre se convertit en cause commune de toutes les souffrances de l'homme sur la terre, et contribue au renforcement de tout le pétrissage psychique qui emprisonne et fouette constamment Pistis Sophia.

Le grand philosophe et professeur de l'Université de la Sorbonne, Serge Hutin, déclare dans son opuscule intitulé LES GNOSTIQUES, des choses comme celles-ci :

“Emprisonné, lancé dans un monde inférieur et malveillant, le gnostique se sent abandonné dans le désert et la désolation, victime d'une solitude terrible et immense; il aspire désespérément à un au-delà du monde, à un domaine qu'il conçoit comme celui de la vraie vie, celui de la liberté et de la plénitude. Nous sommes, et c'est l'un des mots des clés de la Gnose, étrangers au monde, et le monde nous est étranger. Le gnostique découvre que, par son essence originaire, il appartient à un au-delà et à la race des Elus ou Inébranlables, des êtres supérieurs, hypercosmiques. S'il se sent hors de sa patrie, exilé dans le monde terrestre, c’est parce qu'il expérimente la nostalgie blessante de la patrie originale de laquelle il est tombé”..

Les inquiétudes de l'âme

Cette auto-réclusion animique a laissé, selon la Gnose, à l'âme des hommes, une incapacité à comprendre les mystères divins et l'a réduite à une marionnette contrôlée alors par ces engendrements diaboliques (les mois, l'ego). C’est ainsi que l'homme a connu la douleur et la mort et sa condition, à partir d'alors, fut celle d'esclave des Lois Divines, qui les punissent sans cesse depuis une éternité.

Selon les Évangiles Gnostiques, avant la chute angélique, Pistis Sophia jouissait d'une splendeur originale, et sa demeure était le Plérôme, un Aéon dans lequel la Lumière ne se consumait jamais. Cet Aéon fait partie des Aéons élevés qui constituent l'Absolu des gnostiques.

Le philosophe et Dr. Samael Aun Weor, nous décrit brièvement ces régions ultra-sacrées de cette façon :

L'Absolu est notre foyer véritable d'où un jour nous sortons, et où un jour nous reviendrons habillés avec la tunique de Maîtres du Cosmos. Là nous vivrons infiniment heureux, entre la sagesse puissante des ténèbres supérieures (comprenez ceci comme l'extraction que fait l'âme de la connaissance que lui fournit le péché, avec le dépassement correspondant de lui-même au moyen de la purification).
Le voyage vers le Règne du Père

Dans ces régions de manifestation divine, la Gnose dit qu’il existe seulement la Loi unique, qui n'est autre que celle du Père Tout-puissant (le Père Éternel Cosmique Commun) et, en conséquence, règne seulement le bonheur suprême qui embrasse tout.

Dans cet Océan de Lumière, toujours selon la Gnose, la matière est dépourvue de péchés et pour cela, il régit l'ordre, l'équilibre total, la paix éternelle, etc.

Au siècle passé (XXe siècle), le restaurateur de la Gnose éternelle, le Dr. Samael Aun Weor, a créé, sur la base de ses propres expériences et investigations, un corps de doctrine qui dévoile tous les mystères relatifs à la libération du matériel animique de l'humanité. Ce corps doctrinaire comporte non seulement une dialectique constituée par plus de soixante-dix œuvres et environ huit cents conférences dictées oralement à ses adeptes ou ses disciples, mais, aussi, une didactique extraordinaire qui permet à la gent humaine de réaliser, en elle-même, la susdite RÉVOLUTION INTÉRIEURE.

Extrait du livre “L’HOMME, LES LOIS ET L'ABSOLU” d'OSCAR UZCÁTEGUI

 

V.M. Samael Aun Weor
Science Cabalistique de la création
AddThis Social Bookmark Button
 
Introduction à la Kabbale >

Connaissance Universelle

Science
Art
Philosophie
Mystique/Religion