Skip to content
VM Samael Aun Weor: Gnose et Gnosticisme Prophéties Anthropologie Gnostique Psychologie Kabbale Alchimie Astrologie Tarot Méditation Symbols
Aimer, qu’il est beau d'aimer! Seules les grandes Âmes peuvent et savent aimer
La Gnose | VOPUS arrow Gnose et Gnosticisme arrow Gnose : La Connaissance Salvatrice

Gnose : La Connaissance Salvatrice

Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Serge Hutin   
Ioan de Patmos- Gnose-La Connaissance Salvatrice

Le mot grec gnôsis signifie tout simplement "connaissance". Mais dans la littérature gnostique, il ne s'agit en aucune façon d'un savoir quelconque. La gnose est une connaissance dotée de prestiges admirables.

Peu, peuvent posséder cette connaissance ; un entre mille, deux entre dix mille.

Simon le Magicien commence ainsi sa grande "Révélation" (Apophasis).

Voici ce qui est exprimé dans la Révélation de la Voix et du Nom, qui provient de la Pensée et du Grand Pouvoir Infini ; c'est pourquoi cela sera scellé, dissimulé et conservé dans la demeure où sont ses fondements, la racine du Tout.

La gnôsis, possession des initiés, s'oppose à la pistis vulgaire (croyance) des simples fidèles. Elle est moins une "connaissance" proprement dite qu’une révélation secrète et mystérieuse. Les sectes gnostiques prétendent posséder des livres d'origine allogène, c’est à dire extérieure et supérieure au monde où nous nous débattons. De tels livres sont attribués à des personnages prestigieux, véritables envoyés célestes. Il y a ici, par exemple, ce qu’affirme explicitement dans le "Livre Sacré du Grand Esprit invisible", une des œuvres utilisées par la secte des séthiens :

"C'est le livre qu’a écrit le grand Seth (un des fils d'Adam). Il l'a déposé dans de hautes montagnes sur lesquelles le soleil ne sort pas, ni ne pourrait jamais sortir. Depuis les jours des prophètes, des apôtres et des prédicateurs, nul ne sût son nom, et jamais ne pût être dans les cœurs. Personne ne l'a jamais entendu. Ce livre a été écrit par le grand Seth aux cent trente ans ; il l'a déposé dans la montagne appelée Charax, pour qu’il soit manifesté dans les derniers temps et dans les derniers moments."

Tous les chrétiens gnostiques prétendent avoir hérité par des voies mystérieuses, des enseignements secrets donnés par Jésus à ses disciples : Basile, par exemple, prétendait avoir reçu de Mathias, les doctrines ésotériques révélées à cet apôtre par le Sauveur. Les gnostiques ont fait circuler beaucoup d'Évangiles apocryphes : l'Évangile selon les Égyptiens, l’Évangile de Marie. L’Évangile Apocryphe (dans le sens littéral du mot grec :"Livre secret") de Jean, etc...La Gnose implique une transmission d'enseignements secrets, de "mystères" réservés à un petit nombre «d’initiés», à la «génération d’une foi inébranlable.

En quoi la gnose se distingue-t-elle des autres doctrines théosophiques ou occultes ? "On peut appeler gnosticisme – ou aussi gnose - toute doctrine ou attitude religieuse fondée sur la théorie ou sur l'expérience de l'obtention du salut par la connaissance". La gnose traduit toujours une nécessité individuelle de salut, de libération :

"...la gnose - écrit Puech - est une expérience ou elle se réfère à une éventuelle expérience intérieure, destinée à se transformer en état inamissible (du latin : inamissibilis, qui ne peut pas être perdu), à travers lequel, au cours d'une illumination, qui est régénération et divinisation, l'homme se perçoit dans sa vérité, se rappelle et acquiert la conscience de lui-même, c’est à dire qu’il connaît simultanément sa nature et son origine authentiques ; à travers cette expérience il se connaît ou se reconnaît en Dieu, il connaît Dieu et apparaît lui-même comme émanant de Dieu et étranger au monde, prenant ainsi possession de son "moi" et de sa véritable condition, l'explication de son destin et la certitude définitive de son salut, se découvrant, à juste titre, sauvé pour toute l'éternité.

Théodote, un disciple de Valentin, nous dit que posséder la gnose c’est savoir "ce que nous avons été et ce que nous sommes arrivés à être ; où nous étions; où nous avons été précipités ; vers où nous allons et où nous permet d’arriver la rédemption ; quelle est la naissance et quelle est la résurrection."

La gnose répond toujours à une angoisse subjective de l'individu, obsédé par les grandes énigmes métaphysiques. La Pistis Sophia ("Foi et Sagesse"), la plus célèbre des œuvres gnostiques en langue copte, contient une longue énumération des connaissances dont profitent les âmes élues : pourquoi ont été créés la lumière et les ténèbres, le chaos, les trésors de la lumière, les impies, les bons, les émanations de la lumière, le péché, le baptême, le choléra, le blasphème, l'injure, l'adultère, la pureté, la fierté, le rire, la médisance, l'obéissance et l'humilité, la richesse, l'esclavage ; pourquoi il existe les reptiles, les animaux sauvages, le bétail, les pierres précieuses, l'or, l'argent, les plantes, les eaux, l'occident et l'orient, les étoiles, etc...Ou bien, en lui révélant le mystère de son origine et de son destin, la gnose permet à l'homme de comprendre la signification de toutes les choses.

Une telle "connaissance" et une semblable "illumination", transforment son bénéficiaire en un être prestigieux :

Gnose - Magdalene

Alors, l'homme est un être vivant, divin, qui ne doit pas être comparé avec les autres êtres vivants terrestres, mais avec ceux qui habitent en haut, dans le ciel, et qui s’appellent dieux. Ou plutôt, s'il est nécessaire d'oser dire la vérité, c’est encore au-dessus de ces dieux que se trouve l'homme réellement homme, ou, au moins, il existe une parfaite égalité de pouvoir entre les uns et les autres.

En effet, aucun des dieux célestes abandonnera la frontière du ciel ni descendra sur la terre ; mais l'homme s'élève jusqu'au ciel lui-même, il le mesure, et le connaît d'une extrémité à l'autre ; il capte le reste avec exactitude et un émerveillement suprême, n'a aucune nécessité d'abandonner la terre pour être dans le ciel, tant s’étend son pouvoir.

On connaît le célèbre passage de St Paul fréquemment évoqué par l'ésotérisme chrétien :

"Je connais un homme en Christ, qui, il y a quatorze ans, a été emmenée jusqu'au troisième ciel (il monta avec son corps ou sans lui, je l'ignore ; seul Dieu le sait) et je sais que cet homme fut élevé jusqu'au Paradis et qu'il entendit des mots ineffables qu’un homme n’a pas le droit de révéler."

Grâce à l'illumination dont il a bénéficié, le gnostique se sert de l'angoisse elle-même pour atteindre la connaissance définitive.

Elle est amère, en effet, nous dit Simon, l'eau que nous trouvons après la Mer Rouge (Simon interprète un verset de l'Exode) : parce qu'elle est le chemin qui conduit à la connaissance de la vie, chemin qui passe par des difficultés et des amertumes. Mais transformée par Moïse, ou autrement dit, par le Verbe, cette eau amère se transforme en sucrerie.

La gnose - symbolisée par le feu illuminateur et générateur - arrache l'âme de l’élu, du "rêve" épais dans lequel elle était plongée : de là, l'usage de méthodes d'instruction spirituelle destinées à engendrer des états particuliers de conscience et de supra-conscience. Toutefois, elle est constituée, une fois qu'elle a été atteinte, d’une connaissance totale, immédiate, que l'individu possède complètement ou dont il manque absolument, c'est la "connaissance" en elle-même, absolue, qui comprend l'Homme, le Cosmos et la Divinité. Et c’est seulement par cette connaissance - et non au moyen de la foi ou des œuvres - que l'individu peut être sauvé: ainsi sont les traits caractéristiques du gnosticisme en tant que philosophie religieuse, la gnose est définie par cette position générale, et aussi par l'attitude existentielle dont elle procède ; c’est par sa condition d'expérience vécue que la gnose manifeste sa véritable originalité.

Un Homme Serrer- Gnose: La Connaissance Salvatrice

Paradoxalement, chez quelques chrétiens gnostiques, on trouve le désir de connaître l'origine du mal : dans une des versions du mythe de Sophia, l'erreur de cette "sagesse" a consisté à vouloir contempler la Divinité insondable ; une autre entité mythique- métaphysique, Horos, "la Limite", donnera à Sophia conscience des limites de sa nature. Basile annonce l'avènement final de la "grande Ignorance", qui donnera pouvoir à tous les êtres existants, ceux qui n'essayeront pas de connaître ce qui les dépasse : "Sont immortels tous les êtres qui restent à la place qui leur correspond". Mais une telle attitude est complètement exceptionnelle dans le gnosticisme.

Le gnostique est sauvé par la connaissance ; mais de quoi doit-il être sauvé ? Cette question nous oblige à étudier l'attitude du gnostique quant au respect du corps, du monde visible et de l'existence douloureuse en général.

Télécharger l'article complet (en espagnol)


Gnose: La Connaissance Salvatrice
AddThis Social Bookmark Button
 
< But de la Gnose   Les Gnostiques >

Connaissance Universelle

Science
Art
Philosophie
Mystique/Religion